15 et 16 août – Montricher Suisse

Nous prenons le café au bivouac à Lélex avec nos voisines cyclo voyageuses, l’une d’elle habite Castanet (banlieue de Toulouse) ! Elles viennent de Munich et vont à Grenoble puis dans le Gard.

Le bivouac est super calme mais aussi super humide dans notre petite anse de la rivière Valserine. Le matin est ensoleillé. Nous comptions sur le boulanger du village pour compléter notre petit déjeuner, mais à 10h il n’a déjà plus ni pain ni viennoiseries ! Il nous explique que c’est la faute à Macron…
Nous partons dans la montée, bien régulière et très belle, paisible, tant que Florian s’y voit bien venir s’y installer avec sa guitare ! (C’est lui qui l’a dit!). Nous sommes tous conquis par le Jura ! Petit à petit nous rattrapons les nuages et c’est la bruine puis une petite pluie. Nous passons en Suisse vers 1200m d’altitude à “La Cure” puis un petit col (la Givrine) quelques km plus loin. Le temps de s’habiller en haut du col et le soleil revient ! A peine en haut du col nous voyons déjà une voie de chemin de fer suisse, réseau super développé dans le pays. Pique nique sur une superbe aire “à la suisse” avec de beaux jeux d’enfants, y compris tyrolienne bien sûr.
Après le repas nous poursuivons la descente avec des vues magnifiques sur le lac Léman et le jet d’eau de Genève. Mais l’après midi est loin d’être plat, nous devons franchir plusieurs bosses pour arriver à Montricher. A Bière, la fontaine fantasmée n’existe pas ! En revanche il y a une grosse caserne de militaires avec certains qui passent le permis tank en s’exerçant au parcours slalom !
Heureusement pour nous, nous avons un bon vent dans le dos. Les enfants surmotivés d’arriver chez les amis lâchent les parents dans les derniers km. Puis nous sonnons à la porte, c’est le plaisir des retrouvailles avec Delphine et ses filles. Il faudra attendre quelques heures pour retrouver Cédric qui travaille.
Vendredi c’est repos, papotage, musique pour Florian qui a trouvé une guitare, repas faisant honneur à la gastronomie locale pour le plaisir des sportifs gourmands (fondue au gruyère de Montricher, meringues double crème , fromages locaux, etc…) , et encore papotage avec le Mont Blanc en toile de fond ! Et oui, retrouver les amis, c’est avant tout le plaisir d’être ensemble et de se raconter les événements du quotidien des 2 années écoulées sans se voir. Finalement le temps ne nous change pas trop et on se retrouve toujours comme si on s’était quittés la veille, ce sont les enfants qui nous rappellent que les années passent, on va maintenant avoir un groupe d’ados…!

Papi Alain
 
1 commentaire

1 Commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.