Nous partons de l’appartement après avoir rendu la voiture, vers 10h15. Nous prenons une petite route dans la campagne pour sortir de Denizli, avec une belle côte en prime !

Après plusieurs arrêts courses (où la patronne du magasin nous a offert des fruits : des prunes que les turcs mangent ici tres vertes (pas mures donc, c’est quand même meilleur mures et sucrées à point à notre goût !), nous pique niquons dans un parc, sur une table !

Au café, tous les hommes (aucune femme) du village sont rassemblés pour jouer au rami !

Nous repartons après la pause café, pour monter sur le plateau entre les montagnes. Ce plateau s’étend entre 400m et 850m d’altitude et nous montons en pente très douce du bas vers le haut, vent favorable, presque sans nous en rendre compte ! En haut, c’est plat, les jambes tournent presque toutes seules, il y a des moments de plénitude comme cela sur le vélo, quel bonheur ! Nous nous arrêtons faire les courses à Gemiş, le dernier village avant notre bivouac. En sortant du magasin, un monsieur nous invite à boire le thé et nous offre le goûter et un sac d’amandes (vertes aussi, se consomment intégralement, coque et amande) ! La conversation reste cependant toujours limitée car nous ne parlons pas turc… Mais l’accueil turc aura encore été à l’honneur aujourd’hui. Dans ce village, nous étions un peu l’attraction !

Nous avions repéré sur Google Maps un spot de bivouac près d’un observatoire à oiseaux, et l’endroit se prête bien à bivouaquer. Nous nous dépêchons de planter les tentes sous le tonnerre qui gronde, mais heureusement pas encore de pluie.

Nous partons tôt et sous quelques gouttes de notre appartement : nous devons être au port de Cos à 8h30 pour prendre le bateau pour Bodrum, en Turquie. La traversée s’effectue sans problème et nos vélos voyagent sur le pont !

Passage de la frontière sans problème, il nous faut juste détacher toutes les sacoches des velos pour les passer aux rayons X! Nous repartons de Bodrum après le tampon sur les passeports et les courses. L’alphabet est redevenu plus simple, et quelques mots sont compréhensibles : le koaför, le kamyon, la pansiyon, la plaj, le taksi…

Nous pique niquons une quinzaine de kilomètres plus loin, sur la plage.

Nous repartons après avoir pris le café, il se remet à faire quelques gouttes sans que ce soit gênant. Nous montons dans les terres en suivant une petite route dans la forêt de pins, ça sent bon les pins et le maquis !

En arrivant en haut, on voit les dégâts des incendies des années précédentes. La descente est très jolie, avec vue sur la mer.

Nous arrivons vers 16h à Ören. Ce soir nous dormons dans un petit camping à la ferme. La famille qui tient le camping se montre aux petits soins et nous a préparé un repas délicieux, pas besoin de faire les courses ni de sortir le réchaud ce soir !

Cos

Vendredi nous avons visité Athènes : nous sommes allés visiter la ville, voir la relève des gardes et l’acropole, c’est magnifique !

Nous avons embarqué dans le ferry direction Cos hier après midi. Après la nuit dans le bateau, nous sommes arrivés à Cos à 5h du matin. Nous avons récupéré notre appartement, avant de profiter de la plage et de la piscine de la résidence !

Demain nous prendrons un bateau pour Bodrum, en Turquie, que l’on voit depuis l’île de Cos.

Départ de Δελφοί (Delphes) ce matin vers 9h. Nous traversons Delphes et le site archéologique avant d’enchaîner directement sur une montée, seulement après 4km de route ! C’est une côte d’une dizaine de kilomètres, à 5 / 6 %. Un peu mal aux jambes, mais la côte se monte sans problèmes !

Nous arrivons en haut de la côte dans un joli petit village de montagne. De là, il ne nous reste quasiment que de la descente. Nous mangeons à Λιβαδεία (Levadia). Nous prenons le train pour Athènes à la gare de la ville, un peu moins d’une dizaine de kilomètres plus loin. En repartant, de la ville, nous tombons sur laa police qui bloque la route pour l’Ελλας Tour (Tour de Grèce en vélo). Heureusement, le policier nous laisse passer comme nous sommes en vélo !

Après avoir pris les billets, nous attendons le train. Dans ce train, les vélos se chargent dans un wagon à bagages, accessible avec une grande porte ! Nous arrivons à Athènes vers 16h30.

Hier soir nous avons rencontré deux groupes de voyageurs à vélo, avec qui nous avons discuté.

Ce matin nous partons de bonne heure et sous un beau soleil. Nous faisons les 22 premiers kilomètres vent dans le dos, en seulement 50 minutes ! Nous profitons de notre “avance” pour nous arrêter prendre un café et faire un point sur le parcours des jours suivants à Τρικαλα (Trikala).

Nous repartons pour 40 km vers Παλαμας (Palamas). Le vent est tombé, et nous quittons la grande route pour des petites routes… et même un bout de chemin ! Les 40 km se font rapidement, nous arrivons à midi à Παλαμας, après 60km de plat à 26,5 km/h de moyenne. Aujourd’hui c’est le dimanche de Pâques en Grèce, on voit partout des agneaux qui tournent sur les broches pour le repas.

Aujourd’hui, c’est Chris, un warmshower passionné de vélo, qui prépare Paris-Brest-Paris et l’à déjà fait plusieurs fois, qui nous accueille très gentiment et nous héberge dans son jardin pour la nuit. Nous partageons avec lui et sa famille le repas de Pâques, avant de regarder Liège-Bastogne-Liège !

Hier soir nous avons mangé au restaurant du camping. C’était très bon, on a même mangé notre première salade grecque !

Pour partir du camping et retourner à la route principale, il nous faut ce matin prendre 2km de chemin, qui monte et qui descend bien ! Nous rejoignons le village de Maquellarë où nous trouvons tout ce qu’il faut pour faire les courses.

Nous entrons en Macédoine du Nord quelques kilomètres plus loin. Nous traversons la ville de Дебар (Debar) et continuons notre route le long de son lac. Le pays est bien plus sale que l’Albanie ou le Monténégro, qui l’étaient déjà : il y a des piles de déchets partout au bord des routes et même hors des routes. Lorsqu’on trouve enfin un abribus pour pique-niquer, celui ci est rempli de déchets (photo). Du coup, nous continuons notre route jusqu’ au village suivant avant de manger.

Nous profitons de la pause café pour regarder la météo : 3 °C et de la pluie pour demain. Nous décidons donc de réserver un AirBnB pour ce soir et demain où nous ferons jour de repos. Il nous reste une quarantaine de kilomètres avant d’arriver à Охрид (Ohrid), où nous avons réservé le AirBnB. Nous arrivons vers 16h, l’appartement est parfait, et déjà chaud !

Ce matin nous partons de Virpazar après avoir fait les courses pour midi. Dès le début le parcours monte : on s’echauffe sur une petite côte. Après une petite redescente, on attaque les bosses avec 5km de montée pour 400m de dénivelé. Au sommet de la côte on a une vue magnifique sur le lac de Skadar.

Direction la deuxième côte de l’étape, un peu moins longue que la première. Nous arrivons sur un plateau où nous commençons à voir des mosquées.

Il nous reste encore une bosse qui grimpe fort. Nous nous arrêtons pique niquer au sommet, où nous profitons de la vue sur le lac et l’Albanie.

Le reste de l’étape est plat, nous entrons en Albanie dans l’après midi. Après un détour à Shkoder pour les courses nous arrivons au camping vers 17h.

Au total aujourd’hui 90km et 1200m de d+

Hier soir poussés par la faim, nous allons de bonne heure (18h30 !) diner dans un restaurant typique, enfumé. Nous nous régalons de grillades bien grasses pour changer de nos pâtes quotidiennes ! Ce matin il fait un soleil magnifique, après une nuit pendant laquelle les tentes se sont bien faites secouer par les rafales de vent. Nous partons de Bijela vers 9h et quart, après avoir fait les courses. Nous prenons un bac quelques kilomètres plus loin pour traverser la baie de Kotor. Nous nous dirigeons ensuite vers Kotor en longeant la côte, en passant dans des petites criques. Les montagnes encerclent la baie : le paysage est très beau.

C’est à Kotor, au bord de la mer, que commence la partie difficile de l’étape. Nous montons à un premier col, avant d’attaquer la Route Serpentine. Cette route va nous permettre de monter directement en haut des montagnes que nous voyions depuis la baie, avec un panorama magnifique s’élevant au-dessus de la mer au fil des km. La montée fait 20km pour une élévation de 1000m.

Après les 25 épingles de la Route Serpentine qui porte bien son nom, nous nous arrêtons à un point de vue pour regarder le paysage, et finalement pique-niquer. En partant, nous profitons d’une petite descente avant de remonter sur un col, où nous faisons une pause pour prendre le café (premier café turc du voyage !) et remplir les bidons. Au restoran, on peut commander une omlet ou un sendvic avec des pomfrit !

Nous repartons et prenons enfin une vraie descente, qui nous permet de traverser un petit village sur un plateau entre les montagnes. D’ici le paysage est très joli, et on peut voir des sommets encore enneigés (1600m).

Il nous reste encore une côte, la dernière de la journée, pour rejoindre un tunnel et passer du côté de la vallée de Cetinje. A la sortie, le paysage change totalement et on a une vue sur les chaînes de montagnes de l’Albanie : c’est magnifique !

J’ai l’impression d’être sur une autre planète

Florian Stéphan, 11 avril 2022

Après une grande descente, nous arrivons à Cetinje vers 15h. Ce soir nous dormons dans un AirBnB (35€ la nuit pour un appartement de 4 personnes), par peur du froid. Nous sommes en effet à 700m d’altitude et le fond de l’air est vraiment frais.

Aujourd’hui 55km 1200m de dénivelé 15km/h

Hier nous avons profité du jour de repos pour visiter Dubrovnik.

Il a fait un orage pendant la nuit mais plus de pluie ce matin. Nous achetons des bureks à la Pekarna du village en partant, pour le repas de midi. Direction Dubrovnik  que nous traversons. En sortant de la ville, nous profitons de la vue sur le vieux port et sur la vieille ville.

Le vent s’est levé et nous l’avons de face quand nous reprenons la grande route. C’est pire quand nous nous en écartons : le vent passe de côté et avec de très fortes rafales. Nous pique niquons puis prenons le café, puis direction la frontière.

Une côte plus loin, nous passons au Monténégro et prenons le tampon sur les Passeports (le premier du voyage !) Ensuite c’est descente et nous longeons la côte jusqu’au camping.

Au total : 78km et 950m de dénivelé +, avec un bon vent défavorable. 19km/h de moyenne

Nous descendons du Ferry à 15h à Vela Luka sur l’île de Korčula. Il nous reste 15km à faire pour aller au camping. Nous en profitons pour faire les courses. Ensuite nous passons un col et retrouvons la mer !

Ce soir nous sommes à Prižba, petit village de bord de mer. Nous dormons dans un petit camping agréable, dans le jardin du gérant. Il est prévu de la pluie pour cette nuit : on espère qu’il n’y en aura pas trop. Nous sommes les premiers campeurs de la saison !

contents d’avoir terminé cette phase “transports”, c’était beaucoup de préparation pour trouver les enchaînements de trains adéquats, qui prennent les vélos… qui plus est à l’étranger avec les questions de réservation pour les vélos etc. Tout à très bien marché, nous avons enchaîné tous nos trains avec fluidité, au pire nous avons eu 5 minutes de retard !

contents aussi d’arriver en Croatie, les températures sont plus clémentes. Split baignée dans le soleil matinal est magique, le petit déjeuner sur le port est un moment rare. Nous espérons rapidement retrouver le soleil après les nuages de ce soir.

Derniers commentaires

Laisser un commentaire

Pour commenter, rendez vous au bas d’un article après avoir cliqué sur son titre  !

Articles classés par année

Connexion ou inscription

Vous pouvez vous inscrire pour recevoir des notifications par mail. (Même bouton que se connecter)

Se connecter

Réseaux sociaux

Suivez nous sur :

  • Instagram : @veloreveurs
  • Strava : Damien STEPHAN

Connexion

Se connecter